Bivouac atlas marocain

Situé sur les terres d’altitude de l’atlas marocain, notre bivouac saisonnier propose de juin à octobre des séjours en totale harmonie avec l’environnement. Il vous propose de vivre quelques jours en immersion au cœur d’un Maroc préservé au contact avec une nature sauvage… et profiter de rencontres uniques avec les familles nomades.

Ce bivouac de charme dans l’Atlas marocain, est installé sur les hauts plateaux du Kousser, à 4H heures de piste depuis Zaouiat Ahansal, où 4H de marche de notre ecolodge dans la vallée d’Anergui.

Notre bivouac atlas, installé a proximité des bergeries des familles nomades, est géré par une famille nomade selon notre volonté de développer un tourisme durable au Maroc.

D’un confort simple mais douillet, notre bivouac Atlas est composé de 5 tentes caïdales éclairées par des lanternes. Sous votre tente de coton blanc spacieuse : tapis au sol, pouf, lanterne… et 2 vrais lits. Pour l’hygiène, douche et toilette sont à disposition à l’extérieur. Le tout signalé par des lampes solaires.

Notre bivouac atlas puise son charme dans sa simplicité et dans sa convivialité, à l’image de la grande tente traditionnelle, la khaima qui fait office d’espace à vivre et de salle à manger. Et sous les genévriers thurifères centenaires, un coin détente est à votre disposition.

Notre bivouac atlas est géré par la famille Ourjdal, une famille nomade qui vit sur ces hautes terres de l’Atlas marocain depuis des générations.

Que faire à partir de notre bivouac de charme dans l’Atlas ?

Découvrir, rencontrer, marcher, se détendre… Loin des tumultes de la civilisation nous vous proposons un retour à l’essentiel !

C’est est aussi un lieu privilégié pour des animateurs de stages Yoga, QI Gong, sophrologie….

Notre bivouac de charme Atlas est aussi un lieu de passage pour des randonnées accompagnées d’un guide professionnel de l’agence Terres Nomades.

Pour ses actions en faveur d’un tourisme responsable & durable, TERRES NOMADES a reçu le TROPHEE MAROC TOURISME RESPONSABLE 2014

La sécheresse réduit les réserves de fourrage pour le bétail et les ressources des éleveurs. Pour compenser le manque en fourrage, on coupe les feuillages des peupliers. On coupe les chênes verts pour le chauffage et la cuisine et les pins pour faire des planches ou des poutres. Les terrains deviennent plus meubles et s’affaissent. Les torrents devenus fous après des orages d’apocalypse emportent tout sur leur passage.